PLINIUS NEPOTI SUO SALUTAT
2, 3

un conférencier à la mode
 
....
  

....
  
 
...
..

[2,3] PLINIUS NEPOTI SUO SALUTAT
 
(1) Magna Isaeum fama praecesserat, maior inuentus est. Summa est facultas copia ubertas; dicit semper ex tempore, sed tamquam diu scripserit. Sermo Graecus, immo Atticus; praefationes tersae graciles dulces, graues interdum et erectae. (2) Poscit controuersias plures; electionem auditoribus permittit, saepe etiam partes; surgit amicitur incipit; statim omnia ac paene pariter ad manum, sensus reconditi occursant, uerba - sed qualia! - quaesita et exculta. Multa lectio in subitis, multa scriptio elucet. (3) Prohoemiatur apte, narrat aperte, pugnat acriter, colligit fortiter, ornat excelse. Postremo docet delectat afficit; quid maxime, dubites. Crebra ἐνθυμήματα crebri syllogismi, circumscripti et effecti, quod stilo quoque assequi magnum est. Incredibilis memoria: repetit altius quae dixit ex tempore, ne uerbo quidem labitur. (4) Ad tantam ἕξιν (=facilté) studio et exercitatione peruenit; nam diebus et noctibus nihil aliud agit nihil audit nihil loquitur. (5) Annum sexagensimum excessit et adhuc scholasticus tantum est: quo genere hominum nihil aut sincerius aut simplicius aut melius. Nos enim, qui in foro uerisque litibus terimur, multum malitiae quamuis nolimus addiscimus: (6) schola et auditorium et ficta causa res inermis innoxia est, nec minus felix, senibus praesertim. Nam quid in senectute felicius, quam quod dulcissimum est in iuuenta ? (7) Quare ego Isaeum non disertissimum tantum, uerum etiam beatissimum iudico. Quem tu nisi cognoscere concupiscis, saxeus ferreusque es.












(8) Proinde si non ob alia nosque ipsos, at certe ut hunc audias ueni. Numquamne legisti, Gaditanum quendam Titi Liui nomine gloriaque commotum ad uisendum eum ab ultimo terrarum orbe uenisse, statimque ut uiderat abisse ?  Ἀφιλόκαλον, illitteratum iners ac paene etiam turpe est, non putare tanti cognitionem qua nulla est iucundior, nulla pulchrior, nulla denique humanior.




(9) Dices: 'Habeo hic quos legam non minus disertos.' Etiam; sed legendi semper occasio est, audiendi non semper. Praeterea multo magis, ut uulgo dicitur, uiua uox afficit. Nam licet acriora sint quae legas, altius tamen in animo sedent, quae pronuntiatio uultus habitus gestus etiam dicentis affigit; (10) nisi uero falsum putamus illud Aeschinis, qui cum legisset Rhodiis orationem Demosthenis admirantibus cunctis, adiecisse fertur τί δέ, εἰ αὐτοῦ τοῦ θηρίου ἠκούσατε; et erat Aeschines si Demostheni credimus λαμπροφωνότατος; et erat Aeschines si Demostheni credimus  λαμπροφωνότατος. Fatebatur tamen longe melius eadem illa pronuntiasse ipsum qui pepererat. (11) Quae omnia huc tendunt, ut audias Isaeum, uel ideo tantum ut audieris. Vale. 




 
....
.


(1) Isée avait été précédé par une grande réputation, il s'est révélé plus grand encore. Rien n'égale la facilité, l'abondance, la richesse de son élocution. Il improvise toujours, mais ses improvisations ressemblent à des discours écrits avec soin. Il parle la pure langue grecque, ou plutôt le dialecte attique. Les préambules ont de l'élégance, de la délicatesse, de la douceur, quelquefois de la grandeur et de la majesté. Il demande à ses auditeurs plusieurs sujets de controverse, leur laisse le choix d'un de ces sujets, et souvent même du parti à défendre; il se lève, se drape dans sa toge, commence. Aussitôt tout se trouve presque au même instant sous sa main c'est un flot pressé de fines pensées, de paroles, et quelles paroles ! les plus choisies, les plus parfaites. Dans ses improvisations éclatent les lectures abondantes, l'habitude d'écrire. Les exordes sont justes, ses narrations claires, son argumentation pressante, ses péroraisons vigoureuses, ses figures nobles; en un mot il instruit, il plait, il touche; en quoi réussit-il le mieux ? on ne peut le décider. Il use de fréquents enthymêmes, de fréquents syllogismes, mais si serrés et si parfaits que la plume même aurait du mérite d'y parvenir. Sa mémoire est incroyable : il reprend de très haut une improvisation, sans se tromper d'un seul mot. Le travail et l'exercice lui ont acquis cette merveilleuse faculté. Car nuit et jour, il ne fait, il n'écoute, il ne dit rien qui ne vise à cette qualité. Il a dépassé soixante ans, c'est encore uniquement un homme d'étude. Voilà le genre d'esprit chez qui l'on trouve le plus de sincérité, de simplicité, de bonté. Nous autres qui nous consumons dans les contestations réelles du barreau, nous apprenons, même sans le vouloir, beaucoup de méchanceté. L'école au contraire, une salle de lecture, les causes fictives sont choses inoffensives, innocentes, et non moins agréables cependant, surtout pour des vieillards. Y a-t-il en effet rien de plus agréable pour la vieillesse que ce qui fait les délices de la jeunesse ? Aussi je regarde Isée non seulement comme le plus éloquent, mais comme le plus heureux des hommes, et si vous ne brûlez du désir de le connaître c'est que vous avez un coeur de pierre et de fer. 

(8) Ainsi donc, venez, si ce n'est pour d'autres affaires, ou pour moi-même, du moins pour l'entendre, lui. N'avez-vous jamais lu qu'un habitant de Gadès frappé du renom et de la gloire de Tite-Live accourut pour le voir des confins les plus reculés du monde et s'en alla aussitôt après l'avoir vu ? Il faut être sans goût, sans culture, sans intelligence et je dirais presque sans honneur, pour ne pas estimer à ce prix la curiosité la plus agréable, la plus belle, la plus digne enfin d'un homme. 

(9) Vous direz : « J'ai ici à lire des auteurs non moins éloquents. » Sans doute; mais on a toujours l'occasion de lire, pas toujours celle d'entendre. Sans compter que comme l'on dit, le débit de vive voix impressionne bien davantage. Ce que vous lisez, fût-il plus énergique, pénètre moins profondément dans l'esprit que ce qu'y enfonce la prononciation, l'expression du visage, le port et enfin le geste de l'orateur. A moins de taxer de fausseté ce trait d'Eschine, qui, ayant lu aux Rhodiens un discours de Démosthène, que tous admiraient, aurait ajouté, dit-on : "Que serait-ce donc, si vous aviez entendu le monstre lui-même ?" Et pourtant, si l'on en croit Démosthène, Eschine avait un organe très sonore. Il avouait néanmoins que ce discours avait été bien mieux prononcé par son auteur. Tout cela n'a qu'un but, c'est de vous décider à entendre Isée, ne serait-ce que pour l'avoir entendu. Adieu.


...

   ἀφιλόκαλος, ος, ον : indifférent au beau ou au bien.
   λαμπρόφωνος, ος, ον : à la voix claire ou forte.
   τί δέ, εἰ αὐτοῦ τοῦ θηρίου ἠκούσατε : que serait-ce donc, si vous aviez entendu le monstre lui-même ?