Premiers pas > Exercices > Corrections
 Chapitre 29 
 
 La subordonnée relative 
(étude complémentaire)
L'ablatif absolu
(étude approfondie)
Emploi du pronom-adjectif relatif quis
Nescio quis
 
 
 
1 - La subordonnée relative (quelques particularités).
 
  • Etude élémentaire
  • Le subjonctif dans la subordonnée relative
  • Les diverses valeurs de quod
  • Les diverses valeurs de qui
  •  
     
    Quem diligimus, ei paremus.
            Nous obéissons à celui que nous aimons.
            -----> La subordonnée relative peut précéder la principale.
      

    Quas scripsisti litteras, eae mihi jucundissimae fuerunt.
             = litterae quas scripsisti mihi jucundissimae fuerunt.
            La lettre que tu m'as écrite m'a fait un très grand plaisir.
            -----> L'antécédent est placé dans la subordonnée relative; il se met au même cas que le relatif et il est remplacé dans la principale par is ou hic.

    Quos ferro trucidari oportebat, eos nondum voce volnero ! Cic. Cat. 1, 9.
             Ceux qu'il aurait fallu passer par l'épée, c'est tout juste si ma voix les touche.

    Si, quem animum in alienae sortis exemplo paulo ante habuistis, eundem mox in aestimanda fortuna vestra habueritis, vicimus, milites, Liv. 21.
            Si l'état d'esprit que vous avez eu naguère, à l'occasion de l'exemple fourni par le sort d'autrui, vous le gardez tel quel tout à l'heure quand il s'agira d'apprécier votre situation, nous sommes vainqueurs, soldats.

    Quas scripsisti litteras diligenter legi.
            La lettre que tu m'as écrite, je l'ai lue attentivement.
                    -----> L'antécédent est placé dans la subordonnée relative; on ne le remplace pas dans la principale par le pronom de rappel, qui serait alors au même cas que le relatif : 
                    quas scripsisti litteras, diligenter (eas) legi.

    Qui Ti. Gracchum, idem Caium, fratrem ejus, occupavit furor, Vell.-Pat.
            La même folie que celle qui s'était emparée de Tibérius Gracchus, s'empara de son frère Caïus.
                    -----> Construire :  furor idem qui (occupaverat) Ti. Gracchum, occupavit Caium.
     

    Incredibile est, quae ego illos scio oppositis Gallorum castris in aestivis fecisse; quos ille latro, nisi aliquid firmius fuerit, societate vitiorum deleniet, Cic. Fam. 16.
            <On n'imaginerait pas ces choses que je sais qu'ils ont faites...>
            On n'imaginerait pas ce qu'ils ont fait - mais moi, je le sais - face au camp gaulois, lors d'une campagne d'été; et ce brigand les amadouera par l'infection de ses vices, si on ne prend pas quelques mesures assez fermes.
                    -----> quos (= et eos), relatif de liaison.

     
     

    Dum rogat, pro qua rogat, occidit, Ov. M. 6.
            Tandis qu'elle prie, celle-là même pour laquelle elle prie, expire.
                     -----> L'antécédent est sous-entendu : ea pro qua rogat occidit

    Sunt impii cives, quorum opprimendorum di immortales incredibilem rei publicae potestatem dederunt, Cic. Phil. 3.
            Il y a des citoyens impies : les dieux immortels ont donné à la République l'extraordinaire occasion de les accabler.
            <... ont donné à la République l'occasion d'accabler lesquels ...>
                     ----> Latinisme : dare alicui potestatem + génitif du gérondif ou de l'adjectif verbal.
     


     

    Erant itinera duo, quibus itineribus domo exire possent, Caes.
            Il y avait deux routes <par lesquelles routes> ils pouvaient quitter leur pays.
            Il y avait deux routes par lesquelles ils pouvaient quitter leur pays.
             ----->  Répétition de l'antécédent; le relatif est alors un adjectif relatif.
     
    In finibus Carnutum, quae regio Galliae media habetur... Caes.
            <Sur le territoire des Carnutes, laquelle contrée est considérée comme le centre de la Gaule.>
            Sur le territoire des Carnutes, contrée qui est considérée comme le centre de la Gaule.
             -----> Subordonnée relative, mise en apposition à finibus. Le  relatif est suivi d'un synonyme de l'antécédent.

    Post me erat Aegina, ante me Megara, dextra Piraeeus, sinistra Corinthus, quae oppida (= oppida quae) quodam tempore florentissima fuerunt, Cic.
            Derrière moi était Egine, devant moi Mégare, à ma droite le Pirée, à ma gauche Corinthe, villes qui furent à une certaine époque très florissantes.
             -----> L'apposition est engagée dans la relative, surtout à partir de Cicéron, et elle prend toujours le cas du relatif.

    Amici sunt firmi et stabiles et constantes elegendi, cujus generis (= genus cujus) est magna penuria, Cic.
            Il faut choisir des amis solides, inébranlables et fidèles, espèce dont il y a grande pénurie.

    Telmessus... qua in urbe excellit haruspicum disciplina. Cic.
            Telmesse, ville où excelle la science des haruspices.
     
     

    Et, quod difficillimum fuit, familiarum originem subtexuit, Nep.
            Et, ce qui fut très difficile, il dressa l'arbre généalogique des familles.
              -----> Subordonnée relative, qui forme une parenthèse : quod (= id quod).
     

    Multi, quod illorum capiti sit, dissipaverunt te mortuum esse.
            <Beaucoup de gens, laquelle chose puisse retomber sur leur tête, ont répandu le bruit que tu étais mort>
            Beaucoup de gens - et que cela puisse retomber sur leur tête - ont répandu le bruit que tu étais mort.
           ----> La subordonnée relative, qui forme une parenthèse, a son verbe au subjonctif pour exprimer le souhait.
     
    Vestra consilia accusantur, qui mihi summum honorem imposuistis, Sall. J. 85, 28.
            Ils critiquent la décision par laquelle vous m'avez confié la plus grande des dignités.
              <la décision de vous qui....>
           ----> L'antécédent est un pronom personnel non exprimé (vos), mais qui est appelé par l'adjectif possessif (vestra).  

    Quod sciam :  
            Que je sache.
    Quod meminerim : 
            Autant que je puisse savoir.
    Quod in me est : 
            Autant qu'il est en mon pouvoir.
    Quod sine molestia tua facere poteris : 
            Pour autant que tu pourras le faire.
           ----> Dans ce type d'incise la subordonnée relative à valeur restrictive a son verbe au subjonctif pour marquer la possibilité; mais les verbes posse et esse restent à l'indicatif.
       
     

    Cum olim in pinacotheca essem, intravit senex canus, exercitati vultus et qui videretur nescio quid magnum promittere, Petr.
            Comme je me trouvais un jour dans une galerie de tableaux, entra un vieillard aux cheveux blancs, aux traits mobiles et tourmentés et qui semblait promettre je ne sais quoi de grand.
            ----> Quand le latin coordonne par et une proposition relative à un adjectif ou à un génitif (ablatif) descriptif, il met le verbe de la relative au subjonctif, parce qu'il attribue à la relative une nuance consécutive.

     
     
    Qui nec extra urbem hanc vixerant neque eos ( = quos) aliqua barbaries infuscaverat recte loquebantur, Cic, Brut, 2, 258 : 
            Ceux qui n'avaient pas vécu hors de la ville et qu'aucun vice de langage n'avait gâtés s'exprimaient correctement.
           ----> Les deux subordonnées relatives ont le même antécédent; le deuxième relatif qui est à un autre cas que le premier peut être remplacé par un pronom démonstratif.
     
    Quem exstet eloquentem fuisse, primus est Cornelius Cethegus, Cic. Brut. 15, 57 :
            <Le premier tel qu'il soit démontré qu'il a été éloquent, c'est Cornélius Céthégus.>
            Le premier qui, de toute évidence, a été éloquent, c'est Cornélius Céthégus.
           ----> Quem = ut eum : eum est le sujet de la subordonnée infinitive.
                    exstat + prop. inf. : il est démontré que, c'est un fait avéré que.
     

    Athenienses diem certam Chabriae praestituerunt, quam ante domum nisi redisset, capitis se illum damnaturos denuntiarunt, Nep.
            <... et nisi redisset domum ante eam (diem), capitis...>
            <Les Athéniens donnèrent à Chabrias un jour précis, avant lequel s'il n'était pas revenu dans sa patrie, ils lui signifièrent qu'ils le condamneraient à mort.>
            Les Athéniens fixèrent une date précise à Chabrias et lui signifièrent que, s&rsquo;il n'était pas de retour dans sa patrie avant ce jour, ils le condamneraient à mort.
            ----> Deux subordonnants : le verbe redisset est annoncé par le relatif quam et par la conjonction de subordination nisi.
                    cf. Bossuet : "N'avez-vous pas ressenti souvent certaines volontés fortes, desquelles si vous suiviez l'instinct généreux, rien ne vous serait impossible."  

    Magna vis est conscientiae; quam qui neglegit improbus est.
            L'autorité de la conscience est grande; et donc celui qui la néglige est malhonnête.
            ----> Quam est un relatif de liaison.

    Multas ad res perutiles Xenophontis libri sunt; quos legite studiose, Cic. Sen. 59.
           Les ouvrages de Xénophon servent utilement à bien des fins; lisez-les avec soin.

    Magna est admiratio copiose sapienterque dicentis; quem qui audiunt intellegere et sapere plus quam ceteros arbitrantur, Cic. Off. 2, 14.

            Grande est l'admiration pour un orateur abondant et sage; ceux qui l'écoutent jugent qu'il a plus de connaissance et de lumière que les autres.
            ----> Quem, antécédent dicentis, est le sujet de la sub. infinitive.

    Quis est, qui eum hostem non existimet, quem qui armis persequantur, conservatores rei publicae judicentur? Cic. Phil. 3.
            Qui pourra ne pas regarder comme ennemi l'homme qui fait qu'on donne à ceux qui le poursuivent à main armée le titre de conservateurs de la république?
            ----> Quem et qui introduisent la même sub. relative <ceux qui poursuivent lequel sont considérés comme les conservateurs de la république>.
     
     
     

    Cato, quo nemo vir melior natus est, Cic. Sen.
            Caton, <en comparaison duquel personne n'est né meilleur>
            Caton, le meilleur homme du monde.
            ----> Quo + nemo (non alter...) + comparatif : en comparaison duquel personne (aucun autre...): latinisme à valeur superlative.
                    Le relatif est le complément du comparatif.

    ... sed oratorem? sed etiam Lysiae similem? quo nihil potest esse pictius. Bella ironia... Cic. Brut.
            <... en comparaison duquel rien ne peut être plus fleuri...>
            ... mais un orateur, lui? et, qui plus est, un émule de Lysias, dont rien ne surpasse le style fleuri. Belle plaisanterie...

    Ventus, quo non violentior alter...
            <Un vent, en comparaison duquel un autre n'est pas plus violent...>
            Un vent, le plus violent de tous...

     Longe ante alias omnes mitissima mater isque pater quo non alter amabilior, Tib.
            Une mère la plus douce entre toutes les autres et un père le plus aimable du monde.

    Tibi spondeo habiturum te generum quo melior fingi ne voto quidem potuit, Plin. Ep. 6.
            Je te garantis que tu auras le meilleur gendre que tu ne puisses même espérer.

    Eloquentia, quā nihil esse majus confitentur, Petr.
            <Eloquence en comparaison de laquelle, avouent-ils, rien n'est plus grand>
            Eloquence d'une grandeur sans égal, avouent-ils.

    In eo solo est ratio, quā nihil potest esse praestantius, Cic.
            En lui seul se trouve la raison, que rien ne peut surpasser.

    Praevenerat fama, quā nihil in talibus rebus est celerius, Liv. 24, 21.
            Ils avaient été précédés par la renommée, d'une rapidité sans égal dans de telles circonstances.

    Quid praecipuum in rebus humanis est?... animo omne vidisse et, quā major nulla victoria est, vitia domuisse, Sen. Q.N.
            <... (victoire) en comparaison de laquelle aucune victoire n'est plus grande...>
            Qu'y a-t-il d'important dans les affaires humaines?... c'est de tout voir en esprit et, victoire la plus grande de toutes, de vaincre ses vices.
            ----> Il y a passage de l'antécédent du relatif dans la subordonnée relative.

    Illa aetate, quā nulla virtutum feracior fuit, Liv. 9, 16.
            A cette époque, la plus féconde en actes de bravoure.
             ----> Quo (quā...), pronom relatif à l'ablatif, est le complément du comparatif.

    Eadem fortuna, quae necessitatem pugnandi imposuit, praemia vobis ea victoribus proponit quibus ampliora homines ne ab dis quidem immortalibus optare solent, Liv. 21.
            <victoires en comparaison desquelles les hommes n'ont pas l'habitude d'en demander de plus grandes...>
            La même fortune qui vous a imposé l'obligation de combattre, vous offre, si vous êtes vainqueurs, des récompenses telles que les hommes, ordinairement, n'en demandent pas de plus grandes, même aux dieux immortels.

    Phidiae simulacra quibus nihil in illo genere perfectius videmus, Cic. Or. 2, 8.
            Les statues de Phidias, les plus parfaites qu'on puisse voir (m. à m. statues par rapport auxquelles nous ne voyons rien de plus parfait).
     
     
     

    Ut illum di deaeque senium perdant qui me hodie remoratus est! Ter. Eun. 302.
            (Ut illum di deaeque senem perdant qui...)
            Que les dieux et les déesses causent la perte de cette ruine qui m'a retenu aujourd'hui!
             ----> Quand un nom abstrait désigne métaphoriquement une personne, l'accord peut se faire avec le nom de cette personne.
     
     
     

    Cujus potius opibus utamur quam tuis, quae et vitae tranquillitatem largita nobis es et terrorem mortis sustulisti? Cic. Tusc. 5.
            Quel secours aurait pour moi plus d'utilité que le tien, toi (philosophie) qui nous a accordé une vie tranquille et nous a enlevé la crainte de la mort?
            ----> L'antécédent du relatif peut être contenu dans un possessif ou dans un adjectif épithète.

    Vituperas nostra acta, quos tyrannos vocas.
            Tu blâmes nos actes, à nous que tu appelles tyrans. 



    ... cum peditibus, quos Volux, filius eius, adduxerat neque (et qui non) in priore pugna, in itinere morati... Sall. J. 101
                avec l'infanterie que lui avait amenée Volux, son fils, et qui, retardée en route, n'avait pas pu prendre part à la première action...
            ----> Le deuxième relatif n'est pas exprimé.

     Bibulum, cujus inclusione contentus  non eras, (s.-ent. quem) interficere volueras, (s.-ent. quem) spoliaras consulatu, (s.-ent. quem) patriā privare cupiebas, Cic. Vat. 10
                Bibulus, qu'il ne te suffisait pas d'avoir enfermé chez lui, que tu avais voulu tuer, que tu avais dépouillé du consulat, que tu voulais priver de patrie...

     cui fidem habent et (s.-ent. quem) bene rebus suis consulere arbitrantur, Cic. Off. 2 
                ils ont confiance en lui et pensent qu'il s'occupe bien de leurs affaires.
               

     

     
      2 - L'ablatif absolu (étude approfondie).

            1 - L'ablatif absolu correspond à une subordonnée participiale, avec un sujet (nom ou pronom) à l'ablatif et un participe également à l'ablatif, sans conjonction de subordination. Ce sujet doit être différent de celui du verbe principal. L'ablatif absolu se traduit souvent par une subordonnée circonstantielle (de temps, de cause, mais aussi de concession, de condition...) ou par un groupe nominal complément circonstantiel.

    Partibus factis, sic verba fecit leo.
            Les parts une fois faites, le lion parla ainsi.
            Quand les parts furent faites, le loin parla ainsi.

    Artes repertae sunt, docente naturā, Cic.
            <... la nature enseignant...>
            Les arts ont été inventés grâce aux indications fournies par la nature.

    Quibus rebus cognitis, Caesar Auximum proficiscitur, Caes.
            Ces événements une fois connus...
            A cette nouvelle, César marche sur Auximum.

    Perdicca nuntiato satellitum adventu in limine domus suae constitit, Curt. 10.
            <... l'arrivée des gardes ayant été annoncée...>
            Perdiccas, averti de l'arrivée des gardes, se tint sur le seuil de sa maison.

    Cantante eo, ne necessaria quidem causa excedere theatro licitum erat, Suet.
            <Lui chantant...>
            Quand il chantait, on ne pouvait sortir du théâtre même en cas de nécessité.

    Quo facto civitatibus tyrannisque magnas imperaverat pecunias, Caes.
            <Cela fait...>
            Après cela, il avait exigé de grosses sommes d'argent des villes et des tyrans de ces contrées.

    Alii se satis vixisse te viso, te recepto, alii nunc magis esse vivendum praedicabant, Plin. Pan.
            Les uns déclaraient qu'ils avaient assez vécu puisqu'ils t'avaient vu, puisqu'ils t'avaient retrouvé, les autres que c'était surtout maintenant qu'il fallait vivre encore.

    Hoc nuntio audito dissensio inter Aetolos orta est. Liv. 36.
            <Cette nouvelle une fois apprise...>
            Quand on eut appris cette nouvelle, un désaccord eut lieu entre les Étoliens.

    Nondum hieme confectā de improviso in fines Nerviorum contendit, Caes.
            <... l'hiver n'étant pas encore terminé...>
            Bien que l'hiver ne fût pas encore terminé, il fondit à l'improviste sur le pays des Nerviens.

    Meleagro suadente ne a corpore Alexandri discederent, ad Euphraten fugam intendunt. Curt. 10.
            Méléagre voulant les persuader de ne pas s'éloigner du corps d'Alexandre, ils s'enfuient vers l'Euphrate.
            ---> L'ablatif absolu est suivi d'une complétive.
     

            2 Un adverbe ou une conjonction peut préciser le sens de l'ablatif absolu, par exemple :

                - vixdum : à peine ; statim : aussitôt; simul : en même temps.
                - quippe : parce que.
                - utpote : comme il est naturel, comme on peut le dire, puisque, étant donné que, vu que, en tant que, car, dans la pensée que.
                - quasi (ut, velut, sicut) : comme si.
                - quamquam (etsi) : quoique...

    Vixdum digresso eo Hasdrubal aderat, Liv. 21.
            <Lui s'étant à peine éloigné...>
            A peine s'était-il éloigné qu'Asdrubal était de retour.

    Servaverat (filiam), non clementia, quippe tot interfectis, sed effugium in futurum, Tac. H. 1.
            <... parce que tant d'autres avaient été tués ...>
            Il avait sauvé (la fille) non par clémence - car il avait tué tant d'autres personnes - mais pour se ménager un asile dans l'avenir.

    Simulatis quippe ludis equestribus, virgines, quae ad spectaculum venerant, praeda fuere, Flor. 1.
            On avait fait semblant de célébrer des jeux équestres et, de ce fait, les jeunes filles, qui étaient venues à ce spectacle, devinrent la proie (des Romains).

    Orator, nisi multitudine audiente, eloquens esse non possit, Cic. de Or. 2, 83, 338.
            Un orateur ne pourrait être éloquent si la foule ne l'écoutait pas.

    Clamor turbavit Volscos utpote capta urbe, cui ad ferendam opem venerant. Liv. 2, 33, 8.
            <...dans la pensée que la ville était prise...>
            Les cris troublèrent les Volsques car l'ennemi avait pris la ville qu'ils étaient venus secourir.

    Composuit ad Caesarem litteras quasi confecto bello, verbis magnificis, Tac. An. 15, 8.
            <Comme si la bataille était finie...>
            Il adressa à César une lettre qui laissait supposer que la guerre était finie, une lettre aux paroles magnifiques.

    Ut re confecta omnes curam et diligentiam remittunt, Caes. BC. 2.
            Comme si l'affaire était terminée, ils relâchent tous leur activité et leur zèle.

    Quamquam conscriptis paratisque jam tabulis, negavit suscepturum quae non esset soluturus, Suet.
            Quoique les formules (de voeux) fussent écrites et déjà prêtes, il refusa de commencer ce qu'il ne pourrait accomplir.

    Neque (Tiberius) in acta sua jurari quamquam censente senatu permisit, Tac. An. 1. 
            Et, malgré l'avis du sénat, Tibère ne permit pas qu'on jurât sur ses actes. 
     

            3 Le verbe sum n'ayant pas de participe, l'ablatif absolu comprend le sujet et son attribut. 
     
    Auctore Postumio Minucius cum hostibus signa confert, Liv.
            <... Postumius étant l'instigateur ...>
            Minucius, à l'instigation de Postumius, en vient aux mains avec les ennemis.

    Cum Aequis post aliquando pugnatum est invito quidem consule, Liv. 2.
            <... le consul n'étant pas d'accord ...>
            <... bien que le consul ne fût pas d'accord...>
            Quelque temps après, on en vint aux mains avec les Èques, il est vrai, contre l'avis du consul.
            ---> L'ablatif absolu est l'équivalent d'une subordonnée concessive.

    Illo usus erat Alexandro vivo familiariter, Nep. Eum.
            <... Alexandre étant vivant ...>
            Cratéros, du vivant d'Alexandre, avait été très lié avec lui (= avec Eumène).

    Tiberio principe, pullus in sutrinam devolavit, Plin.
            <Tibère étant empereur...>
            Sous le règne de Tibère, un jeune (corbeau) vint tomber dans une boutique de cordonnier.
     
     
            4 Le sujet de l'ablatif absolu peut ne pas être exprimé; le contexte permet de retrouver ce sujet sous-entendu.

    Nostros perturbaverunt; rursus resistentibus (s.-ent. nostris) consuetudine sua ad pedes desiluerunt, Caes. BG. 4, 12.
            (Les ennemis) jetèrent le désordre parmi les nôtres; mais ceux-ci revenant à l'attaque, ils mirent pied à terre selon leur coutume.
     

            5 L'ablatif absolu peut n'être formé que d'un participe passé au neutre singulier. 
     
    Auspicato.
            <les auspices une fois pris>
            après avoir pris les auspices.
            sous d'heureux auspices.
            ---> l'ablatif absolu n'est plus qu'un participe passé au neutre singulier.

    Ego qui et consul rogavi et augur et auspicato, Cic. Nat. 2, 4, 11.
            Moi qui, en qualité de consul, ai recueilli les voix, qui suis augure et qui ai pris les augures.

    Plebeius magistratus nullus auspicato creatur, Liv. 6, 41, 5 :
            <Aucun magistrat plébéien n'est élu après consultation des auspices>
            Les magistrats plébéiens sont élus sans consultation des auspices.

    Sortito.
            Après tirage au sort, par tirage au sort, au sort ou par arrêt du destin, suivant l'ordre de la destinée, fatalement.
            ---> L'ablatif absolu au neutre singulier a la valeur d'un adverbe.

    Nec auspicato nec litato, instruunt aciem, Liv. 5.
            Sans prendre les auspices et sans immoler de victimes, ils rangent l'armée en bataille.

    Alexander, audito Darium movisse ab Ecbatanis, fugientem insequi pergit strenue, Curt. 5 :
            <une fois appris le fait que Darius avait quitté Ecbatane>
             Lorsqu'on apprit que Darius avait quitté Ecbatane, Alexandre continua à poursuivre énergiquement le fuyard.
            ---> l'ablatif absolu neutre est suivi d'une sub. infinitive qui, en fait, est le sujet de audito.

    Audito Caesarem adesse...
            <... quand il avait été entendu (que)...>
            Quand on eut appris que César était là...

    Caecina comperto vanam esse formidinem, Tac. An. 1.
            <... comme il avait été découvert (que) ...>
            Quand on eut reconnu que c'était une fausse alarme, Cécina ...

    Ad Pluinnam est progressus, nondum comperto quam regionem hostes petissent, Liv. 31.
            Il s'avança jusqu'à Pluinna, alors qu'on ne savait pas encore quelle direction avait prise l'ennemi.
            ---> l'ablatif absolu neutre est suivi d'une sub. interrogative.

    Comperto Eordaeam petituros Romanos, ad occupandas angustias praecessit, Liv. 31.
            Quand on sut que les Romains allaient marcher sur Eordée, il prit les devants pour s'emparer des défilés.
            ---> l'ablatif absolu neutre est suivi d'une sub. infinitive.

    Cognito quod inlatum Croeso bellum esset, auxilia confluebant, Just. 1 :
            Quand on eut appris qu'on avait engagé la guerre contre Crésus, les secours affluaient.
            ---> l'ablatif absolu neutre est suivi d'une complétive introduite par quod.

    Aegre impetrato ut de ea re consuli senatum referri sineret ad suos redeunt. Liv. 9.
            Après qu'on eut obtenu péniblement de lui l'autorisation de délibérer de ce sujet avec le sénat, ils retournent vers leurs concitoyens.
            ---> l'ablatif absolu neutre est suivi d'une complétive introduite par ut.

    Non mihi nisi admonito venisset in mentem, Cic.
            Cela ne me serait pas venu à l'esprit si on ne m'y avait pas fait penser.

    Montanus patri concessus est, praedicto ne in re publica haberetur, Tac. 16.
            <à condition qu'il fût ordonné que ... ne ... pas>
            La grâce de Montanus fut accordée à son père, à condition que le jeune homme renoncerait aux honneurs.

    Multi annantes navibus incerto prae tenebris, quid aut peterent aut vitarent, foede interierunt, Liv.
            <... parce qu'on était incertain ...>
            Beaucoup (de Carthaginois), qui nageaient vers leurs navires, ne sachant dans l'obscurité de quel côté se diriger ni quel côté éviter, périrent d'une façon affreuse.
            ---> l'ablatif absolu incerto, adverbe formé sur l'adjectif incertus, est suivi d'une sub. interr.

            6 - Remarque : en principe, le sujet de l'ablatif absolu ne doit pas se rapporter à l'accusatif de la proposition principale. On trouve des exceptions.

    Pullo pilum in hostes immittit atque unum ex multitudine procurrentem trajicit; quo percusso et exanimato hunc scutis protegunt, Caes.
            <= Pullo ... trajicit; quem percussum et examinatum scutis protegunt>
            Pullo jette son javelot sur les ennemis et atteint un Gaulois qui s’était détaché du gros de l’ennemi pour courir en avant; transpercé, mourant, ses compagnons le couvrent de leurs boucliers.
            ---> en transgressant la règle classique, César détache l'action de l'ablatif absolu de celle de la principale et met ainsi en relief la première action.

     
     

    3 - Emploi du pronom-adjectif indéfini quis (pour aliquis)

     On emploie quis au lieu de aliquis surtout après si, nisi, ne, num, an, ubi, cum, quando, ut, quanto... Ce pronom-adjectif indéfini est un enclitique : il n'est jamais en tête de phrase. 
     
    Si quid tibi nocui, damnum explebo.
            <si je t'ai nui en quelque chose...>
            Si je t'ai causé quelque dommage, je le réparerai.

    Si qui (= aliquis) mihi hoc judex recuperatorve dicat : "Potuisti enim leviore actione confligere..." Cic.
            Si un juge ou un récupérateur me disait: "Tu aurais pu engager le conflit par un procès moins grave..."

    Si cui (= alicui) venae sic moventur, is habet febrim, Cic.
            <Si le pouls bat ainsi à quelqu'un...>
            Quand le pouls bat ainsi, on a de la fièvre.

    Nemo superest nisi quem hostis caedendo fessus reliquit, Liv. 25.
            <... si ce n'est que l'ennemi a laissé quelqu'un...>
            Personne n'a survécu sauf ceux qu'a épargnés l'ennemi, fatigué de tuer.

    Nec potest bonum esse nisi cui aliquid honesti inest, Sen.
            Et il ne peut exister de bien si l'on n'a pas en soi quelque chose d'honnête.

    Vereor ne quis vestrum miretur, Cic.
            Je crains que quelqu'un de vous ne se demande avec étonnement...

    Ne quis erret vostrum, paucis in viam deducam, Plaut.
            Pour que personne d'entre vous ne s'égare, en peu de mots je vais vous mettre sur la bonne voie.

    Institutum est ne quis major viginti annis initiaretur, Liv.
            On décida de n'initier personne au-dessus de vingt ans.

    Dum ne quis eorum munere vacaret neu dono militari virtutis donaretur, Liv. 25, 7.
            Pourvu qu'aucun d'eux ne fût dispensé de corvée ni ne reçût de récompense militaire pour sa bravoure.

    Vix remisit ne cujus (= alicujus) comiti aut librario calamariae et graphiariae thecae adimerentur, Suet.
            <... il renonça à ce que les étuis... fussent enlevés à...>
            C'est à grand-peine qu'il renonça à faire enlever au gouverneur d'un enfant ou à un secrétaire son étui à roseaux pour écrire et son étui à styles.

    Num quis (numquis) venit?
            Est-ce que quelqu'un est venu?

    Num quis horum miser hodie? ne tum quidem post spiritum extremum, Cic. Tusc. 1, 37.
            Est-ce que l'un d'eux est malheureux aujourd'hui? il ne l'a même pas été sur le moment, après le dernier soupir.

    Numquid subtimes ne ad te hoc crimen pertinere videatur? Cic. Phil. 2.
            Crains-tu un peu que ce coup ne paraisse te concerner?

    Themistocles, cum ei Simonides an quis alius artem memoriae polliceretur, 'Oblivionis', inquit, 'mallem, Cic. Fin. 2.
            Comme Simonide ou quelqu'un d'autre promettait d'apprendre à Thémistocle l'art de la mémoire, celui-ci répondit : "J'aimerais mieux l'art de l'oubli".

    Ubi quis ex principibus dixit se ducem fore... Caes.
            Quand l'un des principaux citoyens a dit qu'il se propose d'être le chef d'une expédition...

    Jucundum est secum esse quam diutissime, cum quis se dignum quo frueretur effecit, Sen. Ep. 6, 58.
            Il est agréable de rester avec soi le plus longtemps possible, quand on a prouvé qu'on était digne de profiter de soi-même.

    Ei quando quem auctionem facturum sciunt, adeunt, Plaut.
            Quand ils savent que l'on va faire une vente, ils viennent.

    Jacebant tot Romanorum milia, pedites passim equitesque, ut quem cuique fors aut pugnā junxerat aut fugā, Liv. 22.
            <... selon que le hasard avait réuni quelqu'un à chacun (celui-ci à celui-là...)>
            Là gisaient tous ces milliers de Romains, fantassins et cavaliers, pêle-mêle, selon que le hasard les avait réunis, pendant le combat ou pendant la fuite.

    Amicorum ejus quanto quis clarior, minus fidus (erat), Tac. H. 3.
            Plus l'un de ses amis était distingué, moins il était sûr.

    Non igitur faciat, dixerit quis, quod utile sit, Cic. Off. 3.
            Qu'on ne fasse donc pas, dira-t-on, ce qui est utile.

    Illos merito quis dixerit miseros, qui nimia felicitate torpescunt, Sen.
            On peut dire à juste titre que sont malheureux ceux qui s'engourdissent par suite d'un excès de bonheur.

    Injuriam cui facere, Cic. Fin. 3, 21, 71.
            Offenser quelqu'un.

    Roget quis "quid tibi cum illa?" Ter.
            On me demandera peut-être : "Qu'y a-t-il entre elle et toi?"

    Filiam quis habet, pecunia est opus, Cic. Par. 6.
            Quand on a une fille, on a besoin d'argent.
     
     
     

    4 - Nescio quis, nescio quomodo...

      Ces tournures, sans verbe au subjonctif, ne sont pas senties comme des interrogations indirectes : 

    Ut ait poeta nescio quis, Cic.
            Comme dit je ne sais quel poète (je ne peux pas - je ne veux pas -  préciser son nom).

    Insteius nescio qui, fortis, ut aiunt, latro, Cic.
            Un je ne sais quel Instéius, valeureux brigand, comme on dit.

    Nescio quid conturbatus esse videris, Cic. Phil. 2.
            Il me semble que tu éprouves quelque trouble.

    Ingens scolasticorum turba venit, ut apparebat, ab extemporali declamatione nescio cujus, Petr.
            Une foule immense d'étudiants venait apparemment d'écouter la déclamation improvisée de je ne sais qui.

    Genus hoc sermonum plus nescio quo pacto videtur habere gravitatis, Cic.
            Des entretiens de ce genre semblent avoir, je ne sais comment, plus de poids.

    Nescio qua natale solum dulcedine cunctos ducit, Ov.
             Le pays natal captive tout le monde avec un charme qui m'échappe.

    Nescio quo modo me magis nostra delectant, Cic. Div. 1.
            Je ne sais pourquoi, les exemples pris chez nous me plaisent davantage.

    Nescio quid facit.
            Il fait je ne sais quoi (je ne peux pas - je ne veux pas - préciser ce qu'il fait).

    Nescio quis venit.
            Il est venu quelqu'un - je ne sais qui.

    Iste nescio qui Caecilius Bassus, Cic. Fam. 12
           Ce je ne sais quel
    Cécilius Bassus
    .

    Sed ita fato nescio quo contigisse arbitror ut ...Cic. Fam. 15
            Mais je pense qu'il t'est donné par je ne sais quelle fatalité de...
     

     Ces mêmes tournures, avec verbe au subjonctif, comportent alors une principale et une subordonnée interrogative indirecte :

    Nescio quid faciat.
            Je ne sais pas ce qu'il fait.

    Nescio quis venerit.
            Je ne sais pas qui est venu.

    Gnaeus noster quid cogitet nescio, Cic.
            Je ne sais pas à quoi pense notre Cnéius.