Premiers pas > Exercices > Corrections
 Chapitre 20 
 
 Les temps du passé au passif
Les doubles formes du passé au passif 
L'adjectif verbal passif 
 L'infinitif futur passif
Le complément d'agent
Valeur des temps
videris
Les temps surcomposés
 
 
 
1 - Le participe parfait passif
 
 (ayant été) aimé 
 (ayant été) averti 
(ayant été) lu
 (ayant été) pris 
 (ayant été) entendu 
 amatus, a, um  monitus, a, um  lectus, a, um  captus, a, um  auditus, a, um
 
Urbem captam dirripuit.
<L'ennemi pilla la ville prise>
L'ennemi prit la ville et la pilla.
Après avoir pris la ville, l'ennemi la pilla.

Bellum indictum est ob virgines raptas.
La guerre fut déclarée <à cause des jeunes filles (qui avaient été) ravies>
La guerre fut déclarée à cause du rapt des jeunes filles.

Me privatum somno videbam (privatum attribut de me).
Je me voyais privé de sommeil.

Amulius parvulos alveo impositos abjecit in Tiberim.
<Amulius fit jeter dans le Tibre les petits enfants placés dans un berceau>
Amulius fit placer les petits enfants dans un berceau et les fit jeter dans le Tibre.

Qua re nuntiata... (abl. absolu).
<Cette chose ayant été annoncée>
A cette nouvelle.

Quo dicto... (abl. absolu).
<Cela ayant été dit>
A ces mots.

Qua re nuntiata, Caesar omnem equitatum misit.
A cette nouvelle, César envoya toute sa cavalerie.

            Remarque :
                            Le participe parfait passif s'accorde comme l'adjectif et se décline comme bonus, a, um.
 

 2 - L'indicatif parfait, plus-que parfait et futur antérieur au passif
 
 

 Parfait  amatus, a, um sum 
 amatus, a, um es  
 amatus, a, um est  
 amati, ae, a sumus  
 amati, ae, a estis  
 amati, ae, a sunt
 monitus, a, um sum 
 monitus, a, um es  
 monitus, a, um est  
 moniti, ae, a sumus  
 moniti, ae, a estis  
 moniti, ae, a sunt
 captus, a, um sum 
 captus, a, um es  
 captus, a, um est  
 capti, ae, a sumus  
 capti, ae, a estis  
 capti, ae, a sunt
 auditus, a, um sum 
 auditus, a, um es  
 auditus, a, um est  
 auditi, ae, a sumus  
 auditi, ae, a estis  
 auditi, ae, a sunt
 Pl.-que-parf.   amatus, a, um eram  monitus, a, um eram  captus, a, um eram  auditus, a, um eram
 Fut.-antérieur   amatus, a, um ero  monitus, a, um ero  captus, a, um ero  auditus, a, um ero
 
Hostes ab equitibus pulsi sunt.
Les ennemis furent chassés par les cavaliers.

Hostes ab equitibus erant pulsi.
Les ennemis avaient été chassés par les cavaliers.

Duo servi vulnerati sunt.
Deux esclaves ont été blessés.

Duae ancillae vulneratae sunt.
Deux servantes ont été blessées.

Hostes sunt ab equitibus pulsi.
Les ennemis ont été chassés par les cavaliers.

Alacriter pugnatum est.
On combattit avec acharnement.

Dictum est.
On a dit.

            Remarques :
                    Le parfait, le plus-que-parfait et le futur antérieur sont formés du participe parfait passif suivi respectivement de sum, eram, ero.
                    L'auxiliaire n'a pas une place fixe.
                    Le participe s'accorde avec son sujet.
                    Le parfait se traduit par le passé simple ou le passé composé.
                    Au passif impersonnel, le participe est au neutre singulier :
Nuntiatum est : <il fut annoncé> = on annonça.
 

 3 - Le subjontif parfait et plus-que-parfait au passif
 
 

 Parfait   amatus, a, um sim 
 amatus, a, um sis  
 amatus, a, um sit  
 amati, ae, a simus  
 amati, ae, a sitis  
 amati, ae, a sint
 monitus, a, um sim 
 monitus, a, um sis  
 monitus, a, um sit  
 moniti, ae, a simus  
 moniti, ae, a sitis  
 moniti, ae, a sint
 captus, a, um sim 
 captus, a, um sis  
 captus, a, um sit  
 capti, ae, a simus  
 capti, ae, a sitis  
 capti, ae, a sint
 auditus, a, um sim 
 auditus, a, um sis  
 auditus, a, um sit  
 auditi, ae, a simus  
 auditi, ae, a sitis  
 auditi, ae, a sint
 Pl.-q-parf.   amatus, a, um essem   monitus, a, um essem  captus, a, um essem  auditus, a, um essem
 
            Remarques :
                    Le parfait et le plus-que-parfait sont formés du participe parfait suivi respectivement de sim, essem.
                    L'auxiliaire n'a pas une place fixe.
                    Le participe s'accorde avec son sujet.

 4 - Les doubles formes des temps du passé au passif
 
 

 captus sum      ---->  captus fui 
 captus eram    ---->  captus fueram 
 captus ero       ---->  captus fuero 
 captus erim     ---->  captus fuerim 
 captus essem  ---->  captus fuissem  
 
            Les formes captus fui (fueram, fuero, fuerim, fuissem)... ont, en principe, une nuance particulière. Mais, surtout à l'époque post-classique, elles ont le même sens que captus sum (eram, ero, erim, essem)...

Templum clausum est.
Le temple est fermé (on l'a fermé, il reste fermé) ---> état présent.

Templum clausum fuit.
Le temple se trouva fermé (il ne l'est plus, il a été rouvert).

Laeto verius dixerim quam prospero eventu pugnatum fuerat, Liv. 23.
On avait combattu, à vrai dire, avec bonheur plutôt qu'avec succès (au combat, on avait remporté, à vrai dire, un avantage plutôt qu'un succès.

            La seconde forme du subjonctif plus-que-parfait (captus forem...) s'emploie volontiers au lieu de la forme plus courante (captus essem...) pour exprimer :
    - une éventualité non réalisée dans le passé :
                captus foret si... : il aurait été pris si...
    - le futur du passé.
 

 

 5 - L'infinitif parfait passif
 
 

 Singulier   amatum esse, amatam esse, amatum esse
 Pluriel   amatos esse, amatas esse, amata esse
 
Annibal agnovit a Fabio milites suos victos esse.
Hannibal reconnut que ses soldats avaient été vaincus par Fabius.

Annibal agnoscit a Fabio milites suos victos esse.
Hannibal reconnaît que ses soldats ont été vaincus par Fabius.

Annibal dicitur a Fabio victus esse.
<Hannibal est dit avoir été vaincu par Fabius> = on dit qu'Hannibal a été vaincu par Fabius.

            Remarques :
                    L'infinitif parfait passif est formé du participe parfait passif accompagné de esse. Comme il est employé dans une subordonnée infinitive, on le trouve très souvent à l'accusatif.
                    L'infinitif-auxiliaire esse peut être sous-entendu.

            On rencontre une seconde forme :  -um fuisse

In itinere cognovit Pompeium occisum fuisse.
Il apprit en cours de route que Pompée avait été assassiné.

Pater Horatii proclamabat filiam suam jure caesam fuisse.
Le père d'Horace proclamait que sa fille avait été exécutée à bon droit.

  6 - L'adjectif verbal passif

                  En plus de l'adjectif verbal qui remplace le gérondif, il existe l'adjectif verbal à sens passif qui exprime une idée d'obligation. Il se forme comme le gérondif et se décline comme bonus, a, um. Il est employé comme attribut avec le verbe esse. Dans une subordonnée infinitive esse peut être sous-entendu. Le complément de l'adjectif verbal est un datif d'intérêt.
 

 amandus, amanda, amandum : devant être aimé 
 
Delenda est Carthago.
<Carthage doit être détruite>
Il faut détruire Carthage.
On doit détruire Carthage.

Mihi colenda est virtus.
<La vertu doit être pratiquée pour mon intérêt (par moi)>
Je dois pratiquer la vertu.

Pugnandum est.
On doit combattre.
Il faut combattre.

                L'adjectif verbal en -ndus a le sens de l'infinitif de but français avec les verbes qui signifient donner à faire, (se) charger de faire.

Dedit mihi libros legendos.
Il m'a donné <des livres qui doivent être lus> = des livres à lire.

Puerum educandum suscepit.
Il se chargea d'élever l'enfant.

Pontem faciendum curavit.
Il fit faire un pont.

Exsecrata civitas habitanda fana apris reliquit et rapacibus lupis, Hor. Ep.
<La ville maudite laisse aux sangliers et aux loups rapaces les temples destinés à être habités>
La ville maudite laisse les sangliers et les loups rapaces habiter les temples.
 
 

 7 - L'infinitif futur passif
 
 

 devoir être aimé 
 devoir être averti 
 devoir être lu 
 devoir être pris 
 devoir être entendu 
 amatum iri  monitum iri  lectum iri   captum iri   auditum iri 
 
                    Remarques :
                                    L'infinitif futur passif est formé du supin et de l'infinitif iri; il est donc invariable. On emploie plus fréquemment la tournure invariable fore ut ou futurum esse ut, suivi du subjonctif.
                                   Littéralement amatum iri signifie qu'on va pour aimer. Le verbe iri est l'infinitif passif de eo, ire.
 
 Dicit omnes libros lectum iri   Dicit futurum esse ut omnes libri legantur 
 Il dit que tous les livres seront lus  Il dit que tous les livres seront lus
 
 Dicebat omnes libros lectum iri   Dicebat fore ut omnes libri legerentur 
 Il disait que tous les livres seraient lus  Il disait que tous les livres seraient lus
 

8 - Le complément d'agent

            Le complément d'agent, complément du verbe passif, se met :
        - à l'ablatif avec la préposition ab pour le nom d'être animé et pour la chose personnifiée ou considérée comme agissante : par qqn, par qqch.
        - à l'ablatif sans préposition pour le nom de chose, ablatif de cause ou de moyen : par qqch, à cause de qqch, au moyen de qqch.

Amor a patre.
Je suis aimé de mon père (par mon père).

Exponit Lanuvii clipeos ... a muribus esse derosos, Cic. Div. 1
Il raconte qu'à Lanuvium des boucliers ont été rongés par les rats.

Nos autem teneamus, ut nihil censeamus esse malum, quod sit a natura datum omnibus, Cic. Tusc. 1.
Pour nous, tenons-nous-en à cette maxime, que rien de ce qui est donné par la Nature à tous les hommes, n'est un mal.

Spem factam a te civitati video,
Je vois que tu as donné l'espoir à la cité.
        ----> Même règle pour les pronoms.

Clusini novo bello exterriti ab Romanis auxilium petierunt.
Les habitants de Clusium, effrayés par une guerre d'un nouveau genre, demandèrent de l'aide aux Romains.

Maerore conficior.
Je suis accablé de chagrin (par le chagrin).

Ferrum rubigine roditur, Ov.
Le fer est rongé par la rouille.
La rouille ronge le fer.

            Le nom collectif désignant des personnes se met d'ordinaire à l'ablatif avec la préposition ab.

Omnium rerum arbitrium et a populo et a senatu et ab ipso collega Fabio permissum est, Liv. 10.
Sur toutes ces questions, le peuple, le sénat et son collègue lui-même laissèrent décider Fabius.
        ----> Les noms collectifs populus et senatus désignent des personnes : d'où l'ablatif avec la préposition ab.

Luxuriae peregrinae origo ab exercitu Asiatico invecta in urbem est, Liv. 39.
Le luxe des nations étrangères fut introduit dans Rome par l'armée d'Asie.

Franguntur a multitudine fasces, Liv. 3.
La foule brise les faisceaux.

Instruunt aciem, diductam in cornua ne circumveniri multitudine hostium possent, Liv. 5.
Ils rangent l'armée en bataille, déploient leurs ailes, afin de ne pas être enveloppés par la masse des ennemis.
        ----> Dans ce type d'exemple, le nom collectif à l'ablatif sans la préposition ab est considérée avant tout comme un moyen : enveloppés à l'aide de la masse des ennemis.

            Les verbes probari, être approuvé par et haberi, être regardé comme, ont leur complément de personne au datif.

Militibus habebatur fortissimus.
Il était regardé comme très brave par les soldats.

Hoc mihi probatur.
Cela est approuvé par moi.

Mihi egregie probata est oratio tua, Cic. Tusc. 4.
J'ai fort approuvé ton langage.

            On trouve également avec la série des temps du passé passif, un nom de personne ou un pronom au datif, complément de ce verbe passif.

Mihi consilium captum jamdiu est, Cic.
Pour moi la décision est prise depuis longtemps.
J'ai pris la décision depuis longtemps.

Res mihi tota provisa est, Cic.
J'ai pourvu à tout.

Alia omnia inquirenti comperta sunt quam quae a legatis sociorum audierat, Liv. 23.
Lui, qui s'informait, apprit tout autre chose que ce que lui avait rapporté l'ambassade de ses alliés.

Iisdem auctoribus cognitum est Aequos Volscosque summa vi bellum apparare, Liv. 3.
On apprit de la même source que les Èques et les Volsques faisaient tous leurs efforts pour se préparer à la guerre.

            Les poètes et les prosateurs de l'époque impériale, tels que Tacite, emploient ce datif à n'importe quel temps du passif.

Nulla placere diu nec vivere carmina possunt quae scribuntur aquae potoribus, Hor. Ep. 1.
Des vers ne peuvent plaire longtemps ni vivre s'ils ont été écrits par des buveurs d'eau.

Miscetque viris, neque cernitur ulli, Virg. En. 1.
Il se mêle aux gens et il n'est vu de personne.
 

9 - Valeur des temps (quelques aspects)
 
  1 - Le présent
 
    a) Présent historique ou présent de narration

            Le présent peut s'employer au lieu du parfait pour donner plus de vivacité au récit.
Caesar maturat ab urbe exire.
César se hâte de quitter la ville.

    b) Présent de tentative

            Le présent peut marquer l'effort qui est fourni pour accomplir une action. On trouve cet aspect non seulement à l'indicatif mais aussi au participe et à l'infinitif.
Vendit domum.
Il cherche à vendre sa maison.

    c) Présent exprimant un futur imminent (avec ou sans jam).

Ego reliquas portas circumeo.
Je vais faire une ronde aux autres portes.

Jam redeo.
Je reviens dans un instant.

 Jam jamque manu tenet, Virg. En. 2, 530.
Déjà il va le saisir.

 
 2 - L'imparfait
 
    a) Imparfait de tentative

            Comme pour le présent, l'imparfait peut marquer l'idée de tentative.

Tribuni milites retinebant.
Les tribuns cherchaient à retenir les soldats.

Abibat sed prohibitus est.
Il se disposait à partir, mais il en fut empêché.

    b) Imparfait épistolaire

            Dans une lettre l'imparfait peut correspondre à notre présent (et le plus-que-parfait à notre passé composé).

Nihil habebam quod scriberem.
<Je n'avais rien à t'écrire (au moment où je t'écrivais)>
Je n'ai rien à t'écrire.

Nihil habebam quod scriberem; neque enim novi quicquam audieram et ad tuas omnis rescripseram pridie, Cic. Att. 2, 10.
Je n'ai rien à écrire, car je n'ai rien appris de nouveau et j'ai répondu à toutes les lettres la veille.

Nihil erat quod singulis de rebus scriberem.
Il n'y a pas lieu que je te parle de chacun des faits.

Ante diem VIII Kal. Haec ego scribebam hora noctis nona; Milo campum jam tenebat... Clodi vestibulum vacuum sane mihi nuntiabatur, Cic. Att. 4, 3 :
Aujourd'hui 8, au moment où je vous écris, à la neuvième heure de la nuit, Milon est déjà posté au Champ de Mars... On m'annonce que le vestibule de Clodius est presque vide.

 
  3 - Le parfait
 
    a) Le parfait passif

Templum clausum est.
Le temple est fermé (on l'a fermé) ---> état présent.
Le temple fut fermé (on le ferma) ----> action passée.

Templum clausum fuit.
Le temple se trouva fermé (il ne l'est plus).

    b) Le parfait traduit par l'imparfait (surtout dans les descriptions).

Caesar fuit disertus.
César était éloquent.

Augustus mediocri statura fuit.
Auguste était de taille moyenne.

Catilina fuit magna vi et animi et corporis, Sall.
Catilina avait une grande vigueur intellectuelle et physique.

    c) Le parfait traduit par le plus-que-parfait

Mos ortus est.
L'habitude était née.

Ab eis Caesar haec facta cognovit, qui sermoni interfuerunt.
César apprit ces faits de ceux qui avaient assisté à l'entretien.

    d) Le parfait d'expérience (aoriste gnomique)

                Souvent accompagné d'un adverbe (saepe, semper) ou d'un pronom (multi, nemo, omnes), le parfait exprime un fait d'expérience, une vérité générale consacrée par l'expérience.

Saepe etiam steriles incendere profuit agros, Virg. G. 1, 80.
Souvent il est utile de mettre le feu même à des terres épuisées.

Ludus genuit trepidum certamen et iram, Hor. Ep. 1, 19, 48.
Le jeu (de paroles) engendre une lutte animée et de la colère.

Bene qui latuit, bene vixit, Ov. Tr. 3, 4, 25.
Celui qui vit caché vit heureux.

Neque cuiquam mortalium injuriae suae parvae videntur, multi eas gravius aequo habuere, Sall. C. 51.
Aucun homme ne trouve légères les injures qu'il a reçues, beaucoup les ressentent plus durement qu'il ne convient.

Quid praecipuum in rebus humanis est? Non classibus maria complesse (= complevisse) nec in Rubri maris litore signa fixisse, sed animo omne vidisse et vitia domuisse, Sen. Nat. 3.
Qu'y a-t-il d'important dans les affaires humaines? Ce n'est pas de couvrir la mer de navires, de planter des enseignes sur le rivage de la mer Rouge, mais c'est de tout voir en esprit et de vaincre ses vices.

Labor omnia vicit improbus, Virg.
Un travail opiniâtre vient à bout de tout.

Saepe ignavit fortem in spe expectatio, Acc. fragm.
Souvent, à cause de l'espoir, l'attente décourage l'homme courageux.

Multi illum (florem) pueri, multae optavere puellae, Catul. 62, 42.
Elle (= la fleur) est désirée par beaucoup de garçons, par beaucoup de jeunes filles.

    e) Le parfait épistolaire

Pridie idus scripsi.
Je t'écris la veille des ides.

Haec cum essem in senatu exaravi.
Je t'écris ces mots alors que je suis au sénat.

    f) Quelques parfaits à retenir

Vixerunt : <ils ont vécu> = ils sont morts.
Romae vixerunt :  ils ont vécu (ils vécurent) à Rome

Fuimus Troes, fuit Ilium.
<Nous avons été> = c'en est fait de nous, Troyens, c'en est fait de Troie.

Memini  (verbe de la famille de mens)
<je me suis mis en mémoire> = je me souviens.

Odi
<J'ai pris en haine> = je hais.

Novi
<J'ai fini de chercher à connaître> = je sais.
 
  4 - Le futur antérieur
 
            Le futur antérieur se traduit parfois par le futur simple, notamment avec videris... : tu y pourvoiras = c'est ton affaire, c'est à toi de voir.

Fors viderit ea quae plus quam ratio potest.
Au sort de décider qui a plus de pouvoir que la raison.

Sitne malum dolere necne Stoici viderint.
Si la souffrance est un mal ou non, aux Stoïciens de trancher.

Quid sit ipse risus viderit Democritus.
Ce qu'est précisément le rire, à Démocrite de le voir.

Quid inventum sit paulo post videro, Cic. Ac. 2, 76.
Ce qu'on a trouvé, je le verrai plus tard.

Qui Antonium oppresserit, is hoc bellum taeterrimum confecerit, Cic. Fam. 10, 19.
Celui qui nous aura débarrassé d'Antoine mettra véritablement fin à cet horrible conflit.

        A retenir également :
meminero : je me souviendrai.
odero : je haïrai.

        Dans une proposition principale, le futur antérieur sert à souligner l'achèvement de l'action.

Invenero...
<J'aurai achevé de trouver>
J'aurai vite fait de trouver...

Ego quod me in te sit facere dignum invenero, Ter.
J'aurai vite fait de trouver ce qu'il est digne que je fasse à ton égard.

De triumpho tibi assentior : quem quidem totum abjecero, Cic. Att. 9, 7, 5.
Pour ce qui est du triomphe, je suis de ton avis : j'aurai bien vite fait de renoncer à cet honneur.

Desilite, milites, nisi vultis aquilam hostibus prodere; ego certe meum rei publicae atque imperatori officium praestitero, Caes. BG. 4, 25.
Sautez à la mer, si vous ne voulez livrer l'aigle aux ennemis; pour moi certes j'aurai fait mon devoir envers la république et le général.
 

------------

Utrique rei occurram, quantum potuero (= quantum potero), et medebor cum satietati tum ignorantiae lectorum, Nep.
Je préviendrai, autant que je pourrai, l'un et l'autre inconvénient, et je remédierai, soit à la satiété, soit à l'ignorance des lecteurs.
------> "La langue latine a pour le futur antérieur une certaine prédilection. On trouve chez Cicéron lui-même potuero, voluero, licuerit, placuerit, etc..., là où on attendrait le futur simple."
                                                                                                                                                                        Riemann-Goelzer
----------

Le futur antérieur de videre, voir, s'emploie à la seconde et troisième personne, comme impératif, d'une manière remarquable :
Quam simile istud sit tu videris, Cic. Nat. 3, 9 : vois ou c'est à toi de voir s'il y a quelque ressemblance.

Gallicisme : Cette locution répond aux locutions : c'est votre affaire, c'est à vous de voir.

Hoc fortuna viderit, Cic. Att. 6, 4 : c'est l'affaire de la fortune.

Gabriel Fort Dutrey

    

  4 - Les temps surcomposés

         C'est à la forme passive ou déponente qu'on les rencontre quelquefois : captus fui, captus fueram, captus fuero.
         Et à l'époque post-classique, la tournure captus fueram remplace souvent captus eram de même que captus fuero remplace captus ero.

Pons, qui fuerat tempestate interruptus, paene erat refectus; hunc noctu perfici jussit, Caes. BC. 1, 41.
Le pont, qui avait été rompu par la tempête, était presque entièrement rétabli; il le fit terminer dans la nuit.

Facies quod tibi visum fuerit, Cic. ad Br. 1, 4.
Vous ferez ce qui vous paraîtra convenable.

Fecit ille sicut fuerat imperatum et introduxit viros in domum Joseph, Vulg. Gen. 43, 17.
Cet homme fit ce qui avait été ordonné, et il conduisit ces gens dans la maison de Joseph.


Ille erexit titulum lapideum in loco, quo locutus ei fuerat Deus, Vulg. Gen. 35, 14.
Et Jacob dressa un monument de pierres dans le lieu où Dieu lui avait parlé.

Idque, quod communiter compositum fuerat, solus edixit, Cic. Off. 3, 80.
Et il publia seul l'édit qui avait été rédigé en commun.

Qui furatus fuerit hominem et vendiderit eum, Vulg. Ex. 21, 16.
Celui qui aura dérobé un homme, et l'aura vendu... 

Qui crediderit, et baptizatus fuerit, salvus erit, Vulg. Marc. 16, 16.
Celui qui croira et aura été baptizé, sera sauvé.

Omnis, quicumque confessus fuerit in me coram hominibus, et Filius hominis confitebitur in illo coram angelis Dei, Vulg. Luc. 12, 8.
Quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l'homme le confessera aussi devant les anges de Dieu.

Cum (mus araneus) captus fuerit, mersus necatur in oleo, Cels. 2, 146.
Quand on aura pris une musaraigne, on la fera mourir en la plongeant dans de l'huile.