Premiers pas > Exercices > Corrections
 
 Chapitre 26  
 
La subordonnée de but
L'expression du but
L'indicatif latin traduit par le conditionnel
Le potentiel
Verbes d'empêchement et d'opposition
(ne, quin, quominus)
Les complétives avec quod
 
 
 
1 - La subordonnée conjonctive de but
 
 ut (uti) + subj.       pour que, afin que, pour, afin de
 ne (qqf. ut ne) + subj.  pour que ... ne pas, pour ne pas, de peur de
 et ut + subj.  et pour que
 neve + subj.  et pour que ...  ne pas
 
Le verbe de la subordonnée de but est toujours au subjonctif et suit la concordance des temps.
Cette subordonnée peut être annoncée par un corrélatif : eo, idcirco, ob eam rem, eo consilio, eâ causâ.
 
            Audi ut discas.
                    Ecoute pour apprendre.

            Caesar Rhenum transiit ut Germanos terreret.
                    César a franchi le Rhin pour effrayer les Germains.

            Ne amplius vexaretur, in villam concessit.
                    Pour ne plus être accablé de vexations, il se retira dans sa maison de campagne.

            Hoc fecit ne poenas daret.
                    Il fit cela de peur d'être puni.

            Archimedes, ut milites tela in hostem mitterent neve vulnerarentur, murum multis cavis aperuit.
                    <... pour que les soldats ... et qu'ils ne fussent pas blessés ...>
                    Archimède, pour permettre aux soldats d'envoyer des traits sur l'ennemi sans être blessés, fit percer la muraille de beaucoup de trous.

            Caesar ad Lingonas litteras misit, ne eos frumento neve alia re juvarent, Caes. BG. 1.
                    <... à ne pas fournir de ravitaillement et à ne pas fournir une autre chose>
                    César envoya une lettre aux Lingons pour les inviter à ne fournir (aux Helvètes) ni ravitaillement ni aide d’aucune sorte.
 

 quo + comparatif  = ut eo       afin que <par là>, afin que 

Quo signifiant afin que par là est généralement employé avec le comparatif. 

            Tace quo melius discas.
                    Tais-toi pour mieux apprendre.

            Studet quo doctior fiat.
                    Il étudie pour être plus savant.

            Manipulos laxare jussit, quo facilius gladiis uti possent, Caes. BG. 2.
                    Il fit desserrer les rangs afin de pouvoir plus aisément se servir de l’épée.
 
             Athenis exierunt, retia ferentes, vestitu agresti, quo minore suspicione facerent iter, Nep.
                    Ils quittèrent Athènes, portant des filets et vêtus en paysans, afin de faire route en éveillant moins les soupçons.
 
Après ne on emploie quis, quid, ullus, unquam (umquam), usquam au lieu de ut nemo, ut nihil, ut nullus, ut numquam, ut nusquam.
 

 ne quis 
 ne quid 
 ne ullus 
 ne unquam 
 ne usquam
 pour que personne 
 pour que rien 
 pour qu'aucun 
 pour que jamais 
 pour que nulle part
 
            Hoc malum sustinete, ne quid  (= aliquid) majus accidat.
                    Supportez ce mal de crainte qu'un autre plus sérieux n'arrive.

            Domus exstructa et posita in oculis civitatis, ne umquam conquiescere possit fletus bonorum?
                    Maison construite et placée devant les yeux des concitoyens pour que les larmes des gens de bien ne puissent jamais cesser de couler.

            Ne eis suspicionem ullam daret, qui oculis tantummodo eum custodiebant, nunquam excalceatus est.
                    Pour n'éveiller aucun soupçon chez ceux qui le surveillaient seulement du regard, jamais il ne quitta ses chaussures.

2 - Les diverses tournures pour exprimer le but
 
Legatos misit ut pacem peterent : il envoya des légats pour demander la paix.
        ----> la subordonnée conjonctive.

Legatos misit pacis petendae causā.
                       pacis petendae gratiā.
        ----> l'adjectif verbal

Legatos misit ad pacem petendam.
        ----> l'adjectif verbal.

Legatos misit pacem petitum.
        ----> le supin (après un verbe de mouvement).

legatos misit qui pacem peterent.
        ----> la subordonnée relative (verbe au subjonctif).

Legatos misit pacem petituros : il envoya des légats <dans l'intention de demander la paix>
        ----> le participe futur (emploi non classique).
 

 3 - L'indicatif latin traduit par le conditionnel
 
         Dans une principale, une indépendante ou une subordonnée relative, l'indicatif des verbes exprimant l'obligation, la possibilité, la convenance..., se traduit souvent par le conditionnel.
 

  •  L'indicatif présent peut correspondre au conditionnel présent.

  • possum : je peux ou je pourrais.
    debeo : je dois ou je devrais.
    licet : il est permis ou il serait permis.
    facile est : il est facile ou il serait facile.
    difficile est : il est difficile ou il serait difficile.
    longum est + inf : il est trop long de ou il serait trop long de.
    oportet : il faut ou il faudrait.
    melius est : il vaut mieux ou il vaudrait mieux.
    tibi laborandum est : tu  dois travailler ou tu devrais travailler.

        Longum est omnia enumerare proelia, Nep.
            Il serait trop long d'énumérer toutes les batailles.  
     

  • L'indicatif passé (imparfait, passé simple, plus-que-parfait) peut se traduire par le conditionnel passé.

  • debebam hoc facere : j'aurais dû le faire (mais je ne le fais pas).
    debui hoc facere : j'aurais dû le faire (mais je ne l'ai pas fait).
    debueram hoc facere : j'aurais dû le faire (mais je ne l'avais pas fait).

                Tibi laborandum fuit :
                        Tu aurais dû travailler.

                Contumeliis eum onerasti, quem patris loco colere debebas :
                        Tu as accablé d'outrages cet homme que tu aurais dû respecter comme ton père.

                 Qui spectator erat amovendus... Liv. 2.
                        Celui qui aurait dû être écarté de la scène...

                Pons Sublicius iter paene hostibus dedit, ni unus vir fuisset, Horatius Cocles, Liv. 2.
                        Le pont Sublicius aurait pu donner accès aux ennemis s'il n'y avait eu là un homme, Horatius Coclès.

                Hic tamen hanc mecum poteras requiescere noctem :
                        Ici pourtant tu aurais pu te reposer chez moi cette nuit ( ---> fait encore possible).

               Licuit esse otioso Themistocli :
                        Il aurait été permis à Thémistocle de rester à l'écart des affaires publiques.

              Longe utilius fuit angustias aditus, qui Ciliciam aperit, valido occupare praesidio, Curt. 3, 4.
                     Il eût été bien plus utile d'occuper avec une forte garnison le défilé qui ferme l'entrée de la Cilicie. 


     

     4 - Le potentiel

                        1 - Pour exprimer un fait réel, on emploie l'indicatif, mode du réel. Mais pour un fait qui pourrait se réaliser, on emploie le subjonctif présent ou parfait, mode du potentiel, souvent lié à une subordonnée conditionnelle.

                Si venias, laetus sim.
                        Si tu venais, je serais heureux.  ----> il est possible que tu viennes.

                        2 - Sans subordonnée conditionnelle, ce subjonctif présent ou parfait peut exprimer :

        - l'éventualité, la supposition.

                Libens ignoscam.
                        Je pardonnerais volontiers.

                Velim nolim.
                        Que je le veuille ou non.

                Laetus sim.
                        Je serais heureux. (dans l'avenir)
                                        <> Laetus essem : je serais heureux (mais en réalité, je ne le peux pas)
                                                    ---> irréel du présent.
        - la possibilité.

                Quis neget?
                        Qui nierait? (Qui peut nier?)

                Quis dubitet quin...?
                        Qui douterait que...? (Qui peut douter que...?)

        - l'affirmation atténuée surtout au parfait.

                Dixerit quis.
                        On pourrait dire (on dira peut-être).

                Scire velim.
                        Je voudrais savoir.

                Cupiam te ex Africâ abire.
                        Je désirerais que tu partes d'Afrique.

                Non ego celari possim quid... Tib.
                        Ce n'est pas à moi qu'on pourrait cacher ce que...

                Non affirmaverim.
                        Je n'affirmerais pas (je n'ose affirmer, je ne saurais affirmer).

        - l'indétermination à la deuxième personne du singulier.

                Dicas.
                        On dirait.

                Ubi istum invenias qui honorem amici anteponat suo? Cic. Lael.
                        Où pourrait-on trouver l'homme qui à sa propre élévation préfère celle de son ami?

                Reputando neque majus aliud neque praestabilius invenias, Sall. J.
                        En réfléchissant bien, on ne saurait trouver rien de plus grand, de plus éminent.

                Videas rebus injustis justos maxime dolere, Cic. Lael.
                        On peut voir les justes se plaindre le plus des injustices.

                Hanc modestiam ubi nunc in uno inveneris, quae tum populi universi fuit? Liv. 4.
                        Où peut-on trouver aujourd'hui chez un seul homme la modestie qui était celle d'un peuple entier?

                        3 - Le potentiel du passé se traduit par l'imparfait du subjonctif.

                Quis crederet?
                        Qui aurait cru? (qui pouvait croire à ce moment-là?)
                        ---> Quelquefois l'imparfait du subjonctif correspond à notre conditionnel passé.

                Quis non peractum esse cum Pompeio crederet bellum? Flor. 4.
                        Qui n'aurait cru la guerre finie avec Pompée?

                Diceres.
                        On aurait dit (<tu avais la possibilité de dire - dans le passé>).

                Canes venaticos diceres, Cic.
                        On aurait dit des chiens de chasse.

                Crederes.
                        On aurait cru (<tu avais la possibilité de croire - à ce moment-là).

                Crederes uno ore omnes sustulisse clamorem, Curt.
                        On eût dit que tout le monde avait poussé le cri d'une seule bouche.

                Quod esset judicium, cum ex Verris comitatu tres recuperatorum nomine adsedissent? Cic.
                        Quelle sorte de procès cela pouvait-il être alors que trois personnes de la compagnie de Verrès auraient siégé en qualité de récupérateurs?

                Illam trepidare videres, Ov. M. 6.
                        Tu l'aurais vue toute tremblante (On pouvait la voir toute tremblante).

                Illa vero in illo homine mirabilia fuerunt, comprehendere multos amicitia, ... servire temporibus suorum omnium pecunia, gratia, labore corporis, scelere etiam, si opus esset, Cic. Cael.
                        Mais ce qu'il y avait de merveilleux en cet homme, c'était ce talent de se faire beaucoup d'amis, ... de mettre au service de tous les siens en difficulté son argent, son crédit, ses peines, ses crimes même, si c'était nécessaire.

                Remarque :
                        L'imparfait du subjonctif sert plus souvent à exprimer l'irréel du présent.
     
     

     5 - Verbes d'empêchement et d'opposition

                      Les verbes d'empêchement et d'opposition ont une subordonnée complétive dont le verbe est au subjonctif et qui est introduite par :
            - ne ou quominus si le verbe d'empêchement est affirmatif.
            - quin ou quominus si le verbe d'empêchement est négatif ou interrogatif.

        Impedio ne proficiscatur :
                Je l'empêche de partir.

        Non impedio quominus proficiscatur :
                Je ne l'empêche pas de partir.

        Nihil obstat quin proficiscatur :
                Rien ne l'empêche de partir.

        Quid obstat quominus proficiscatur?
                Qu'est-ce qui l'empêche de partir?
     

     impedire : empêcher 
     deterrere : détourner, empêcher 
     retinere : retenir, empêcher 
     obstare : s'opposer 
     obsistere : s'opposer 
     resistere : s'opposer 
     temperare : s'abstenir 
     interpellare : empêcher 
     recusare : refuser 
     per me stat : il dépend de moi  
     

    On construit avec quin + subjonctif :
     

     non dubito quin : je ne doute pas que. 
     non abest suspicio quin : on n'est pas loin de soupçonner que. 
     quis dubitat quin? = qui doute que? 
     quid dubitas quin? = pourquoi doutes-tu que? 
     haud (non) dubium est quin : il n'est pas douteux que. 
     non possum facere quin : je ne peux m'empêcher de. 
     fieri non potest quin : il est impossible que ... ne ... pas. 
     non potest quin : il est impossible que ... ne ... pas. 
     non possum recusare quin : je ne peux refuser que ... ne pas. 
     non me teneo quin : je ne puis m'empêcher de. 
     vix me contineo quin : je me retiens à peine de. 
     non multum abest quin : peu s'en faut que. 
     paulum abest quin : peu s'en faut que. 
     haud multum abest quin : il ne s'en faut pas de beaucoup que. 
     nulla causa est quin : il n'y a pas de raison pour que ... ne ... pas. 
     quid est causae quin ? = quelle raison y a-t-il pour que ... ne ... pas?
     

    adulescenti negare non potuit quin eum arcesseret, Nep. Dion 2 :
             il ne put refuser au jeune homme de l'appeler à la cour.

    non dubitari debet quin fuerint ante Homerum poetae, Cic. Br. 18, 71 :
             on ne doit pas douter qu'il n'y ait eu des poètes avant Homère.

      Voir le dictionnaire   quin   quominus
     
     

     6 - Les complétives avec quod

                       La complétive introduite par quod est complément de quelques verbes. La conjonction de subordination signifie le fait que; elle est suivie de l'indicatif. La complétive est complément d'objet, sujet, mise en apposition ou attribut :
     
    Praetereo quod tunc exsul erat   ----> sub. complément d'objet de preatereo.
            J'omets ce fait qu'il était alors consul.

    Ei obfuit quod rex erat     ------> sub. sujet de obfuit.
            <Le fait qu'il était roi lui nuisit>.
            Ce qui lui porta préjudice, c'est qu'il était roi.

    Mirabile videtur quod Regulus Cathaginem rediit  ------> sub. sujet de videtur.
            <Le fait que Régulus est revenu à Carthage paraît étonnant>.
            Il semble étonnant que Régulus soit revenu à Carthage.
     
    Illud est admiratione dignum quod captivos retinendos censuit   ----> sub. apposée à illud.
            <Cela est digne d'admiration le fait qu'il a proposé de garder les prisonniers>.
            C'est une chose digne d'admiration qu'il ait proposé de garder les prisonniers.

    Multum ei detraxit, quod alienae erat civitatis, Nep. Eum. 1, 2.
            Lui fit beaucoup de tort le fait qu'il était étranger.

    Praetereo quod eam sibi domum delegit, Cic. Clu. 66, 188.
            Je passe sous silence le fait qu'il s'est choisi cette demeure.

    Incommode accidit quod eum numquam vidisti.
            Il est fâcheux que tu ne l'aies jamais vu.

    Mais accidit ut + subj. : il arrive que. 

     
     

     adde quod : ajoute à cela que. 
     accedit quod : à cela s'ajoute que. 
     praetereo quod : j'omets le fait que. 
     omitto (mitto) quod : j'omets le fait que. 
     bene mihi accidit (evenit, fit) quod : c'est pour moi un bien de. 
     commode accidit quod : il arrive à propos que, il est heureux que. 
     bene facio quod : j'agis bien en ... 
     male facio quod : j'agis mal en ... 
     quid est quod ? = pourquoi? 
     quod attinet + acc. : quant à ce qui concerne.
     quod ad me attinet : pour ce qui me concerne.
     

                On trouve quod après les verbes de sentiment qui peuvent également se construire avec une propositon infinitive :

    Gaudemus quod natus est   -----> quod + indicatif 
    Eum gaudemus esse natum.
            Nous nous réjouissons qu'il soit né.

    Laudat Africanum Panaetius quod fuerit abstinens    -----> quod + subjonctif.
            Panétius loue l'Africain d'avoir été désintéressé.

                Remarques :
     
    La conjonction quod signifie de ce que et elle a une valeur causale (de ce que = parce que).

    Le verbe de la subordonnée est à l'indicatif; mais pour exprimer l'opinion d'autrui on emploie le subjonctif. Dans le dernier exemple, l'auteur de la réflexion montre qu'il présente le jugement de Panétius, et non le sien.

    La conjonction quod est parfois remplacée par si; le contenu de la subordonnée est considéré moins comme un fait que comme une possibilité, une hypothèse. Le mode est ordinairement l'indicatif, rarement le subjonctif potentiel ou irréel.

    Indignamur si quis nostrum interiit aut occisus est, Cic.
            Nous nous indignons que quelqu'un de nous soit mort ou soit tué.

    Dolere se aiebat, si quando opificum antelucana victus esset industria, Cic.
            Il disait qu'il était peiné si jamais il était devancé par l'activité matinale des artisans (si jamais un artisan se mettait au travail plus matin que lui).
     

     gaudeo, ere : je me réjouis. 
     doleo, ere : je m'afflige. 
     miror, ari : je m'étonne. 
     queror, queri : je me plains de. 
     aegre fero : je suis fâché. 
     laudo, are : je loue. 
     gratias ago : je remercie. 
     gratulor, ari : je félicite. 
     glorior, ari : je me vante. 
     irascor, ari : je m'irrite. 
     indignor, ari : je m'indigne.
     
     Voir les diverses significations de quod